vendredi, novembre 17, 2006

Lectures Lointaines


La rencontre de ces livres, dont on sait instantanément qu’ils nous attendaient, qu’ils avaient été écrits pour nous, même ailleurs, même il y a longtemps, même dans une autre langue. Et l’on voit le poète Faruk Šehiç, soldat dans l’armée de Bosnie-Herzégovine, ramasser dans un bâtiment de la gare ferroviaire incendiée de Bosanska Krupa une édition serbe des Poèmes choisis de Jorge Luis Borges, qu’il emporte dans la poche de son treillis sur d’autres champs de bataille. En lisant Borges, j’ai appris les noms des quartiers de Buenos Aires, les noms des héros scandinaves, leurs féroces métaphores, les dates et lieux de sanglantes batailles répugnantes pour l’Histoire, les moments suivant la mort d’un héros argentin inconnu, ou comment la nuit est une grande et solitaire célébration...

Muharem Bazdulj
Lectures lointaines : Albert Camus ou le traité du bonheur

Jenny Bornholdt
Loin de chez moi

Clémence Boulouque
Lointaines Genèses

Patrick Deville
Les histoires dans le tapis

Alan Duff
Graines de littérature et alphabétisation

Jean Echenoz
Abrégé d’histoire générale des ponts

Pierre Furlan
Alphabet de la disparition

Aleksandar Hemon
Lazarus Averbuch

Óscar David López
Fernando Vallejo(Ou mon trajet sur la corde raide à attendre un tueur.)

Alain Mabanckou
Romans de gare et romans de poubelle

Robert McLiam Wilson

Pepetela
Lectures du lointain

Antonio Sarabia
Le voyage interminable

Faruk Šehiç
Deux divinités méconnues

Paco Ignacio Taibo II
Les seins blancs du capitaine Tormenta

Natalia Toledo
Le langage du vent / La tradition orale

Nenad Veliãkoviç
Le haricot et la cendre

1 commentaire:

n. stands for nothing a dit…

Trés bien. Eh, te mandé un mail. Luv'ya.